#pleinair

Des bulles d'hiver

Des bulles de méthane emprisonnées dans la glace du lac Abraham

Des bulles d'hiver

La glace sculptée par le vent telle des vagues liquides reflétant les nuances de rouge et de pourpre d'un lever du soleil spectaculaire était un bonus inattendu lorsque nous sommes arrivés au lac Abraham, où les températures ont atteint moins 30 degrés Celsius, sans compter le froid.

Ce grand froid nous a au moins permis d'être rassurés quant à l'épaisseur de la glace sur laquelle nous marchions. Nous avons utilisé des crampons à gros clous pour faciliter la traversée sur la glace. Sans eux, affronter la glace aurait juste été impossible.

Nous avons aperçu les bulles de méthane gelées coincées dans la glace, inflammables certes, mais tellement étonnantes, que l'on peut parfois trouver sur le lac pendant l'hiver. Le lac Abraham est artificiel et le méthane se forme à partir des matières végétales en décomposition. Lorsque le lac gèle en automne et en hiver, les bulles de gaz sont emprisonnées. Lorsque le lac gèle davantage, d'autres bulles se retrouvent emprisonnées plus en profondeur. Cela donne un lac qui ressemble beaucoup plus à un tableau abstrait surréaliste qu'à une étendue d'eau classique. Heureusement, les vents forts éloignent la neige pour nous permettre de voir les bulles. Lorsque la glace fond au printemps, les gaz inflammables s'échappent.

Outre les bulles, qui ont donné naissance à des photos abstraites, telles que le test de Rorschach, la glace a formé des formes artistiques qui ressemblent parfois plus à de la dentelle. Par moments, le soulèvement la brise pour révéler des nuances de bleu époustouflantes.

Lorsque je me suis étendue sur la glace pour photographier la barrière de glace, à ma grande surprise, le vent m'avait déplacée ! Prendre des photos dans des conditions difficiles comme celles-là demande une préparation et un équipement photo qui peut supporter un froid extrême, ainsi que des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien à l'aise. Il est essentiel de porter des vêtements et des couches à l'épreuve du vent. Ce que je préfère, c'est ma polaire Páramo (que j'emporte partout avec moi), ainsi que mon pantalon de ski Canada Goose pour les grands froids et ma doudoune Taiga. Inutile de dire que j'utilise aussi les cartes mémoires SanDisk. Après avoir bravé des conditions extrêmes comme celles-là, j'ai besoin des cartes les plus rapides et les plus fiables possibles : ce qui est pour moi synonyme de SanDisk.

 




Pinterest Tumblr

Ellen Anon

Elle Anon compte sur la fiabilité des cartes lorsqu'elle se retrouve confrontée à des conditions environnementales extrêmes.
En savoir plus

Avez-vous déjà visité des merveilles de la nature potentiellement dangereuses ? Où ?



Partagez vos histoires Instagram

Utilisez le hashtag #sandiskstories pour avoir l'opportunité de figurer sur ce site.

Inscrivez-vous pour obtenir des offres spéciales !

Obtenez des promotions spéciales et des conseils photographiques de SanDisk.